Au-delà du bloc



Jean-Paul Chenot s’en retourne dans sa maison, guéri de ses fantômes, réconcilié avec sa famille et sur la route de ses couleurs nouvelles.
Artsénic se réunit donc pour démarrer une autre saison. Les premières années d’Artsénic étaient fort simples : Un spectacle nouveau après l’autre.
Jean-Paul Chenot, bien qu’émouvant et enrichissant pour tous, a marqué Artsénic de sa noirceur douloureuse. Didier décide de repartir sur de la légèreté. De la couleur, du sourire et du rire.
Ce sera « Au-delà du bloc », création qui est partie de l’idée simple de s’approcher de l’univers de la bande dessinée, genre Philémon de Fred, ou Valérian et Laureline de JC Maizières. Pour le rêve, les couleurs, l’évasion et le plaisir d’inventer des mondes…

Et c’est l’arrivée de Sé et Jé. Deux personnages qui sont malgré eux projetés dans un univers inconnu.
Ils découvrent ce monde et ses habitants, leur vie, leurs personnalités.
Des liens se créent, des rencontres, des routes s’ouvrent, leur venue apportant de nouvelles couleurs et des questionnements pour certains…
Rien de bien original, mais la forme est plaisante…
Le style est non-réaliste, proche de la Bande dessinée.  L’idée est de donner vie à l’imaginaire, à ce que l’on ne voit pas en scène. Faire exister un monde, des accessoires, des ambiances et objets nouveau dans un monde nouveau… Amener le spectateur à s’inventer ce monde et se l’imaginer « au-delà » de ce qu’il voit…

L’idée est belle… Les répétitions difficiles et longues dans une Bergerie glaciale car non chauffée… Le résultat pourrait sûrement être repris et transcendé avec un peu plus d’expérience et de bouteille… En tout cas « Au-delà du Bloc » est né. Il y a un monde entre le projet initial et le résultat final, mais bon… Nous avons inventé un monde, des personnages de BD, fait voler des plumes colorées partout, inventé des fusils à bonheur, fait vivre Aline en haut d’une cabane, inventé une langue étrange, renoué avec l’univers des Shadocks de Claude Piéplu, et suprême supplice pour les acteurs, Didier a mis du MIKA dans presque toute la bande son du spectacle. Intransigeant qu’il a été là-dessus... Du sourire et de la couleur… Il a adoré sans aucun scrupule…

Jetez un coup d’œil au texte du spectacle… Le livret est très beau… je crois me souvenir qu’à la première lecture nous étions émus, tous…

 

Texte complet du spectacleICI

Représentations :

  • Le 15 mai 2010 à Marsal
  • Le 29 mai 2010 à Vic-sur-Seille

 

Retour à la liste des créations